Professor Bernard's picture

China: Some Historical Documents

By Bernard

The Popular Republic of China is now the second most important country in the world, considering the total GNP and export.  Considering its population, its political stability, its curency reserves and the recent economic tendencies, we are sure that it will becon=me the frist.  The only question is when?

I present here the most important historical documents to make us understand the changes that happened in the Middle Kingdom:

  1. HISTORY OF THE CHINESE REVOLUTION<
  2. REPORT ON AN INVESTIGATION OF THE PEASANT MOVEMENT IN HUNAN<
    1. THE IMPORTANCE OF THE PEASANT PROBLEM
    2. FOURTEEN GREAT ACHIEVEMENTS
    3. Notes on Hunan
  3. ON PROTRACTED WAR<
  4. THE CHINESE REVOLUTION AND THE CHINESE COMMUNIST PARTY<
  5. ON THE TEN MAJOR RELATIONSHIPS<
  6. ON THE CORRECT HANDLING OF CONTRADICTIONS AMONG THE PEOPLE<
  7. The Four Modernizations<
    1. THE WORKING CLASS SHOULD MAKE OUTSTANDING CONTRIBUTIONS TO THE FOUR MODERNIZATIONS
    2. The Four Modernizations, 1979-82

20130426

 


Au dix-neuvième siècle, l’Empire chinois des Qing était dominé par tous les autres pays du monde.  La Russie tsariste et le Japon impérial se battaient en Manchourie pour savoir qui gagnerait ce gigantesque domaine impérial des Qing.  L’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Belgique, le Portugal et qui sais-je colonisaient chacun sa ou ses provinces chinoises, exploitant le peuple et allant jusqu’à faire deux fois la guerre à l’Empire chinois pour lui imposer l’achat de l’opium si payant.  En 1900, huit pays (l’Autriche-Hongrie, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique) se sont d’ailleurs unis pour mettre fin au siège de leurs ambassades de Pékin (Boxer Uprising, nom occidental du Righteous Harmony Society Movement chinois).  Les soldats étrangers en ont profité pour piller les trésors impériaux et brûler quelques monuments historiques chinois.  La Chine impériale était alors devenue une nullité politique décadente.

Sous l’influence de Sun Yat-sen, un médecin chinois né en 1866 entre Canton et Macao, l’Empire fut remplacé par une République en 1912.  Avec le Kuomintang (KMT), le parti politique qu’il créa, et ses trois principes : nationalisme, démocratie et socialisme, il lança le mouvement pour la revitalisation de la Chine, tant voulue par les Boxers.

À partir de 1928, Chiang Kai-shek pris le contrôle du KMT et dirigea une guerre civile contre les communistes, autrefois ses alliés.  En 1949, après la Guerre de résistance contre l’invasion japonaise et une multitude de périodes de guerres civiles, le gouvernement du KMT se réfugia à Taiwan, alors que les Communistes prenaient le pouvoir en Chine continentale avec Mao.  Taiwan fut supportée par la majorité des pays, dont l’ONU, qui laissa le siège de la Chine au gouvernement du KMT à Taipei jusqu’en 1971.

Pendant ces premières années de la nouvelle Chine, les Communistes s’efforçaient, avec l’aide de l’URSS pour quelques années, de rebâtir leur pays désolé.  Après le retrait de leur ami Staline, les Chinois de Mao se sont lancé dans des plans de développement invraisemblables, créant l’anarchie et la famine, l’ultime étant la Révolution culturelle, qui déstabilisa complètement le pays.  Le premier ministre Chou Enlai, réussit à maintenir le cap et, après le décès de Mao et le sien, une nouvelle génération de dirigeants chinois émergea, à partir de 1978, ayant comme objectif le réel développement de leur pays.

Deng Xiaoping est vraiment le personnage populaire qui symbolise cette nouvelle politique économique.  Il créa les premières zones franches, dont Shenzhen, et ouvrit la Chine à l’économie mondiale. Les autres générations de dirigeants chinois ont continué dans le même sens et la Chine socialiste de 2010 n’a plus rien à voir avec le Chine impériale des Qing, ou la Chine nationaliste du KMT, ou la Chine communiste de Mao. 21020925